Publications > Actualité > Terrorisme : "Le renseignement doit être décen...

Terrorisme : "Le renseignement doit être décentralisé".

Béatrice Brugère, M.R La Dépêche 20 septembre 2017

Terrorisme :  "Le renseignement doit être décentralisé". - Syndicat National des Magistrats FO

 

«La France est l'un des premiers pourvoyeurs européens de terroristes» a déclaré Béatrice Brugère./ Photo DDM, MS.

Article paru dans La Dépêche du samedi 16 septembre 2017 - M.R

Béatrice Brugère, ancienne juge anti-terroriste et secrétaire générale du syndicat des magistrats FO, a animé jeudi soir une conférence sur le terrorisme en milieu rural à la Maison des associations de Cahors.

L'actualité de ces derniers mois a prouvé que le milieu rural n'était pas épargné par la menace terroriste. Jeudi à la Maison des associations de Cahors, Béatrice Brugère, secrétaire générale du syndicat des magistrats FO, vice-procureur de la République au tribunal de grande instance de Paris et Versailles, ancienne juge antiterroriste et membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a apporté son expertise face à une cinquantaine de personnes. La soirée était organisée par l'association de soutien à l'armée française (ASAF).

Sur le long terme

«La menace djihadiste s'est installée dans le temps, comme l'ETA ou l'IRA à une autre époque» a introduit la magistrate, avant d'évoquer son évolution depuis ses débuts dans les années 90 en France.

«La prise de conscience a été tardive. Et en quelques années, le nombre de menaces et d'attentats a augmenté et les populations civiles sont devenues des cibles. Des attentats dits low cost, utilisant peu de moyens pour provoquer un état de terreur, ont fait leur apparition. La matrice idéologique a également investi dans les moyens de communication modernes tels les réseaux sociaux pour se diffuser». La médiatique magistrate a également rappelé que le profil type du terroriste était complexe à définir.

«Le terrorisme peut se déclencher partout et rapidement», et au vu de cette menace, la représentante syndicale prône un maillage territorial de la lutte avec une «décentralisation du renseignement, tout en gardant l'expertise parisienne». Elle a également fondé des espoirs sur la récente création d'un service du renseignement pénitentiaire par l'ex garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, soulignant que «la prison étant un des lieux importants de la contamination idéologique».

Enfin Béatrice Brugère a rappelé l'importance «d'une mobilisation de la société sur la durée».